( 8 novembre, 2008 )

Rencontres antérieures

 

 

RENCONTRES 2008

chteaudelherm1.jpg

Périgueux
26, 27, 28 septembre 2008
Bibliothèque municipale, salle Jean Moulin

Le château « à la Une » ! Évènements et faits-divers

 

Le château est-il un lieu particulièrement générateur de faits-divers, ou est-ce, parce qu’il se produit dans un château, qu’un évènement devient un faits-divers ? L’objectif est ici de répondre à cette interrogation, dans la longue durée, en rassemblant des épisodes variés ayant eu pour cadre le château et considérés comme des faits importants par les contemporains ou par la postérité. Conséquences et retentissement de l’évènement, dans l’immédiat (réactions, commentaires, rumeurs ou articles de presse et émissions de radios pour les périodes plus récentes) puis, à long terme, transmission orale et relations écrites (contes et récits, chansons, mémoires, romans ou théâtre) mais aussi arts plastiques et images (bande dessinée, film), sont des indicateurs de la réception spécifique –ou non– d’un évènement survenu dans un château et, également représentations imaginaires et des constructions symboliques auxquelles ils ont donné lieu. Évènements et faits-divers, ces deux termes sont à envisager comme complémentaires et imbriqués. En effet, le faits-divers est un évènement qui, en raison de son importance, de son caractère exceptionnel ou de ses aspects surprenants a été retenu et “traité” dans une perspective de médiatisation. Les supports de diffusion sont multiples, de la chronique médiévale à la couverture de Paris-Match, en passant par les récits, libelles, billets et journaux – voire les stèles, plaques commémoratives ou monuments – qui ont rendu compte et, parfois, commenté ce qui « est arrivé ». Selon Michel Winock, l’évènement est un fait historique qui se définit tant par son intensité, son imprévisibilité, son retentissement que par sa créativité – à savoir l’importance de ses conséquences. Plus ces différents critères sont nombreux, et plus sa nature d’ « évènement » est indubitable. Pour Marc Ferro, les critères retenus doivent tenir compte à la fois de la conscience de l’histoire – le vécu des sociétés – et des phénomènes réels que les sociétés n’ont pas pu percevoir, vu le recul de l’histoire. L’événement peut s’inscrire dans l’histoire matérielle du château : conception, construction, agrandissement, destruction, reconversion. À cet égard, la démarche archéologique est sollicitée pour démontrer la réalité des faits relatés, pour en souligner les manques et les erreurs, et pour donner des détails matériels sur les évènements. Quant aux historiens du texte, au-delà du récit de l’évènement, de sa diffusion et de ses répercussions – locales et nationales –, ils s’intéressent également à la structure et à la disposition des lieux, et aux relations entre les occupants avant et après, ledit évènement. Les accidents peuvent avoir été provoqués par des facteurs naturels (incendie, tremblement de terre, inondation, etc.) entrainant la ruine ou la disparition de l’édifice. Ils peuvent aussi relever de décisions et de situations humaines internes au château, heureuses ou dramatiques (fêtes, bals, entrées royales, mariages, violences familiales, crimes de sang, enlèvements ou disparitions, phénomènes surnaturels etc.) ou de situations externes (conflits de juridictions, guerres paysannes, châtiment royal, décret révolutionnaire, etc.) entrainant attaques, sacs et pillages, démantèlement, bombardement… Mais, à quel moment et pourquoi le fait considéré devient-il un faits-divers ?

dscf3043.jpg

 

 

 

 

 

 

VENDREDI 26 SEPTEMBRE Bibliothèque municipale

- Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres

- Actualités de l’archéologie en Aquitaine 10h30 Discussion et Pause

- Philippe Mignot, Direction de l’Archéologie du Ministère de la Région Wallone, De la prise du château de Warcq (971) au tournoi de Chauvency (1285) Châteaux de légendes et réalités archéologiques à travers l’Ardenne

- Florence Guillot, CNRS 5608, Traces Terrae, Le comte et les rois : le castrum de Montréal-de-Sos en 1272

- Alain Kersuzan, EHESS, De Richard Cœur de Lion à Challus au dauphin Guigues VIII à La Perrière
Discussion et Déjeuner

- André Constant, Université de Provence, Les mentions de « châteaux » aux « Dark Ages » : discours historique et réalité matérielle

- André Bazzana, CNRS, Rencontre et négociations au Champ des Figuiers de Mencofa : les péripéties insolites d’une reddition annoncée (château de Shûn, à Valence, 1236)
- Elena Diez Jorge, Université de Grenade, L’entrée des Rois Catholiques dans l’Alhambra. Le symbole d’une reddition et d’un pacte d’unité
Discussion et Pause.

- Christine Mazzoli-Guintard, Université de Nantes, L’entrée d’Anne d’Autriche dans Madrid en 1570 et les murailles du Madjrît omeyyade

- Alain Sebbah, Université Bordeaux 3, La fête au château : un fait-divers ?

-Discussion.

- Réunion du conseil scientifique et du conseil d’administration de l’association.

dscf3034.jpg

 

 

 

 

 

 

SAMEDI 27 SEPTEMBRE Bibliothèque municipale

- Michel Nassiet, Université d’Angers, Meurtre au château en France aux XVIe-XVIIe siècles

- Jean-Marie Constant, Université du Maine, L’assassinat du duc de Guise, fait divers ou événement politique majeur ?
- Josette Pontet, Université Bordeaux 3, Drame au château de Bidache en 1609-1611 : un fait-divers bien embarrassant

- Discussion et Pause.

- Maryse Simon, Université d’Oxford, Château de sorcières : faits-divers de justice modernes et événements contemporains.

- Nicole Pellegrin, CNRS-IHMC-ENS, Rumeurs de déshonneur en Angoumois, 1782 1785 : la fille du châtelain a accouché clandestinement

- Discussion. Déjeuner
- Marc Favreau, Université Bordeaux 3, La pierre, la plume et le lys ou l’histoire événementielle du chantier du château de Versailles aux XVIIe et XVIIIe siècles
- Thomas Fouilleron, Université de Nice, Une pendaison en effigie au palais de Monaco au Siècle des Lumières : vengeance d’un mari jaloux ou coup de majesté d’un souverain offensé ?
- Discussion et Pause.

- Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours, Le crime du marquis d’Entrecasteaux (fin XVIIIe siècle)
- Juliette Glikman, Centre du XIXe siècle, Université Paris 1-Paris 4, Louis-Napoléon au château de Ham. La prison forteresse, cadre de la transfiguration du prince en figure souveraine

- Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon 2, Le crime au château (Jura, XIXe siècle)

- Discussion.
- Alain Corbin, Université Paris 1, Conclusions des Rencontres

 

 

 

dscf3035.jpg

DIMANCHE 28 SEPTEMBRE, Château de l’Herm
Visite du château et conférence de Marie Palue et Philippe Rougier, Séquestration et assassinat au château de l’Herm. Témoins historiques et archéologiques

dscf3076.jpg

————————————————————————————-

RENCONTRES 2007
Périgueux, 28, 29, 30 septembre
Bibliothèque municipale, salle Jean Moulin

 

Le château au quotidien : les travaux et les jours

 

La thématique retenue en 2007 pour les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord s’inscrit dans la longue durée (Xe-XXIe siècles) d’une histoire européenne et interroge plusieurs axes de recherche.
Les résultats des campagnes archéologiques et des travaux historiques récents permettent d’envisager dorénavant la vie châtelaine dans toutes ses dimensions –matérielles, économiques, militaires, religieuses et sociales– tout en soulignant contraintes et moyens propres aux époques étudiées et en s’efforçant de dégager les principales étapes d’une réelle évolution.
De multiples témoignages documentaires (textes, chroniques, entretiens, iconographie, livres de raison…) mettent en exergue les rythmes des travaux quotidiens, et plus exceptionnels, les modalités de leur gestion mais permettent également d’analyser contraintes et coûts du vécu châtelain : approvisionnements divers, frais de mise en défense, présence et rôle de la domesticité, dépenses d’entretien etc.
L’étude et l’appréciation des modes de la vie de famille au château font également partie des centres d’intérêt des historiens actuels. Au-delà d’un quotidien séquencé par le départ très précoce des enfants, les absences du chef de maison, le retour des cadets célibataires ou le maintien des filles, l’historien réfléchit sur la dilatation ou la compression des familles selon la conjoncture –guerre, maladie, départ à la cour, éducation des enfants.
Au fil des siècles, la vie quotidienne au château est marquée par l’introduction lente et progressive d’éléments d’un confort moderne. Les espaces et les volumes se différencient ; chaleur et eau coexistent avec un souci d’hygiène ; décors et aménagements ont à la fois une valeur esthétique et une visibilité sociale appréhendable depuis l’extérieur.
Enfin, il ne saurait être question pour l’historien de négliger la représentation artistique et littéraire d’une “vie de château” réelle, rêvée ou symbolique. Celle ci, présente tout au long de la période, connaît une évolution non négligeable et, en particulier, dans les châteaux du Périgord.

 

PROGRAMME
VENDREDI 28 SEPTEMBRE, Bibliothèque municipale de Périgueux
Matinée :
Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres.
Actualités de l’archéologie en Aquitaine.
Patrice Conte et Christian Rémy, CESCM-UMR 6223 Poitiers, Habiter au castrum : approches du quotidien à partir d’exemples limousins, XIIe-XVIe siècles.
Danielle Alexandre-Bidon, EHESS, Les cuisines de châteaux. Principes d’aménagement et équipement culinaire à travers les sources archéologiques et l’iconographie.

 

Après-midi
Rosa Varela Gomes, Université Nova de Lisbonne (Portugal), La vie quotidienne au château de Silves (Algarve, Portugal) XIIe-XIIIe siècles.
Elisabeth Sirot, Université Lyon 2, La cheminée ou le poêle comme éléments de chauffage et de prestige dans le château et la maison noble au Moyen Âge, en moyenne montagne (XIIIe-XVIe siècles).
Perrine Mane, EHESS, La « salle » du château d’après les enluminures des XIVe et XVe siècles : fonctions et symboles.
Christian Trézin, Conservateur régional à l’Inventaire général du Centre, Le château de Grignan en 1516, architecture et mobilier à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne.
Cédric Michon, Université du Maine, La vie au château de Glatigny au temps des frères Du Bellay.

 

 

SAMEDI 29 SEPTEMBRE, Château de La Bourlie
Matinée
Anne-Marie Cocula, Université Bordeaux 3, Tel père, tel fils : du Journal de Pierre Eyquem aux Essais de Montaigne
Laurent Bolard, Université Paris 4, Le gentilhomme en son studiolo. Savoir et distinction sociale dans l’aristocratie italienne de la Renaissance.
Véra de Commarque, propriétaire du château de La Bourlie, Vivre au château : une vie de caméléon.
Visite du château et des jardins ; buffet servi sur place.

Après-midi Mathieu Da Vinha, Centre de recherche du château de Versailles, Versailles, entre ombre et lumières, au temps de Louis XIV.
Marie-France Noël, ATP, Quand le roi mange en son particulier…
Christina Egli, Conservatrice du Musée Napoléon, château d’Arenenberg (Suisse), L’éducation du prince Louis Napoléon Bonaparte au château d’Arenenberg.

 

DIMANCHE 30 SEPTEMBRE, Bibliothèque municipale de Périgueux Tadeusz Poklewski-Koziell, Institut d’archéologie et d’ethnologie de l’Académie des sciences de Lodz (Pologne), La vie courtoise de l’évêque Ostrowski présentée sur le fond de son jardin épiscopal de Wolborz en Pologne (1762-1777).
Iwona Kulesza-Woroniecka, Université de Bialystok (Pologne), Le service domestique dans un château de magnat polonais au XVIIIe siècle.
Philippe Meyzie, Université Bordeaux 3, Bon goût et rusticité à la table des châteaux aquitains (XVIIIe-milieu XIXe siècle).
Malgorzata Dajnowicz, Université de Bialystok (Pologne), La vie quotidienne de la noblesse polonaise dans les manoirs des régions de Mazovie et Podlachie au XIXe siècle.
Daniel Roche, Collège de France, Conclusions des Rencontres.

 

————————————————————————————————————

 

RENCONTRES 2006
22, 23,24 septembre
Périgueux, Salle Jean Moulin, bibliothèque municipale

 

Château et stratégies familiales

 

Étudier les stratégies familiales dans la très longue durée, du Moyen Age à nos jours, nécessite d’identifier les buts patrimoniaux des possesseurs de château, objectifs à résumer en trois mots : édifier, maintenir et accroître.
Conquête et simple défense du patrimoine castral n’ont pu être réalisées que par la mise en oeuvre de moyens très divers : droit successoral, compétition intra lignagère, stratégies matrimoniales, valorisation patrimoniale. Ces stratégies se sont heurtées à bien des obstacles, autant de facteurs de perturbation et d’adaptation des plans préétablis. Les stratégies patrimoniales des possesseurs de château ne ressortissent jamais d’un modèle unique, ni intemporel. Le château, base de l’essor d’une dynastie seigneuriale ou princière, apparaît à la fois –y compris dans ses dimensions symboliques– l’instrument de l’édification des patrimoines familiaux et de l’affirmation de pouvoirs accrus et d’ambitions lignagères.
À l’aube du IIIe millénaire, le destin réservé au château, à son emprise territoriale, à sa construction et aux modifications est multiple. Autant de pistes que ce colloque se propose d’éclairer à partir d’exemples français et européens. Sans oublier le Périgord où le château de Bourdeilles, emblématique de la puissance des grands barons féodaux du Périgord médiéval, échappe pendant deux siècles à la famille éponyme, pour la plus grande gloire d’Henri Bertin, ministre de Louis XV et de Louis XVI. Racheté en 1864 par les Bourdeille de la branche de Matha, il est aujourd’hui, après de multiples tribulations, la propriété du département de la Dordogne

 

VENDREDI 22 SEPTEMBRE
Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres.

-Dany Barraud : Actualités de l’archéologie en Aquitaine.

-Jean-Luc Piat, Société Hadès, L’église monolithe et les catacombes de Saint-Emilion : nouvelles études.

-Yann Laborie, Musée de la ville de Bergerac, L’airial de Guiraute à Sabres (Landes)

-Yves Henry, Société Hadès, La fouille du convent des Cordeliers à Pennes d’Agenais (Lot-et-Garonne)

-Frédéric Boutoulle, Université Bordeaux3, Structures lignagères des premiers vicomtes de Fronsac d’après l’Histoire de Guîtres (fin Xe – début XIe siècles). – Alain Kersuzan, UMR 5648-Lyon2, Se ruiner pour le prince mais avoir un château (XIIIe-XIVesiècles).

- Véronique Garrigues, Université de Toulouse2, Gloire de mon père, châteaux de ma mère : quelques exemples de captation patrimoniale dans le Sud-Ouest (XVe-XVIIe siècles).

- Jean-Marie Constant, Université du Maine, Les manoirs de la Renaissance dans l’Ouest français ont-il un sens ?

- Tadeusz Poklewski-Koziell, Institut d’archéologie et d’ethnologie de l’Académie Polonaise des sciences de Lodz (Pologne), Savitch Koziel et ses descendants. Une famille de boyards moyens dans le Grand duché de Lituanie (XVe-XXe siècles).

- Maciej Serwanski, Université de Poznan (Pologne), Le château de Kórnik – témoin de l’activité sociale de la noblesse polonaise (XIVe-XXe siècles).

 


SAMEDI 23 SEPTEMBRE -Véronique Larcade, Université Bordeaux3, Les Galard et les Meilhac aux prises pour le château de Balarin en Armagnac (1571-1622).
- Caroline Le Mao, Université Bordeaux3, Un château pour devenir noble ? L’exemple des magistrats bordelais du Grand Siècle.
- Patrick Clarke de Dromentin, Université Bordeaux3, Les stratégies patrimoniales des familles jacobites réfugiées en France.
- Denise Bege-Seurin, Université Bordeaux4, Transmettre et retenir le patrimoine familial : l’exemple du contrat de mariage de Vincent Guichaneres d’Armajan et de Marie Secondat de Montesquieu (13 novembre 1738)

- Roger Baury, Université Lille3, La terre et le nom : la noblesse française face au devoir de durée (XVIe-XIXesiècles).

Départ pour le château de Bourdeilles
- Marguerite Figeac, IUFM d’Aquitaine, Stratégies familiales, noblesse et viticulture en Bordelais XVIIIe-XIXe siècles.
- Robert Herin, Université de Caen, Une stratégie familiale : les Bresson du château de Lorrière.

Visite du château

 

DIMANCHE 24 SEPTEMBRE

 

-Bernard Lachaise, Université Bordeaux3, Parlementaires et châteaux en Périgord aux XIXe-XXe siècles
-Francisco Calvo, Universtié de Murcia (Espagne), Robert Herin, Université de Caen, L’aristocratie foncière dans la région de Murcia : une classe sociale qui a durablement marqué les sociétés du Sud-Est de l’Espagne.
- Milena Lenderova, Université de Pardubice (République Tchèque), La « renaissance d’un château » : une stratégie familiale après 1989 ?
- Michel Nassiet, Université d’Angers, Conclusions des Rencontres

Pas de commentaires à “ Rencontres antérieures ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|